Le programme santé du candidat Macron

Emmanuel Macron au soir de l'élection présidentielle.

10/05/2017

Ce qui va changer avec E. Macron

Politique de santé

Il s’est donné trois défis à relever dans le domaine de la santé pour son quinquennat : la « révolution » de la prévention, la lutte contre les inégalités et la soutenabilité financière. Voici les orientations déclarées par Emmanuel Macron lorsqu'il était candidat.

« La révolution » de la prévention annoncée par Emmanuel Macron passe par la mise en place d’un service sanitaire de 3 mois pour tous les étudiants en santé. Les 40 000 futurs professionnels mèneront des actions de prévention dans les écoles et les entreprises. La prévention passe aussi par la lutte contre le tabac. L’objectif du nouveau président de la République est que ceux qui naissent aujourd’hui soient la première génération sans tabac. La rémunération des praticiens évoluera afin de valoriser la prévention.

Doublement des maisons de santé

Pour lutter contre les inégalités en santé, son deuxième chantier sanitaire, Emmanuel Macron veut prendre en charge à 100 % à l’horizon 2022 les lunettes, les prothèses dentaires et l’audition (voir notre article sur les priorités d'Emmanuel Macron dans le domaine dentaire). Il veut aussi rétablir la prise en charge à 100 % des patients soufrant d’hypertension artérielle. Et il s’engage à ne pas dérembourser de soins utiles. S’agissant du tiers payant, Emmanuel Macron veut « se donner le temps d’évaluer ses bénéfices et les contraintes qu’il pourrait induire ». Cette évaluation sera menée dès les premières semaines du mandat. Et c’est un tiers payant non pas généralisé mais « généralisable, simple et efficace » qui sera privilégié.

Le nouveau président veut « se battre contre les déserts médicaux ». Il est prévu de doubler le nombre de maisons de santé pluridisciplinaires ; ce qui représente tout de même 1000 maisons de plus en un quinquennat. Le numerus clausus actuel étant jugé « injuste et inefficace », Emmanuel Macron a prévu de former « davantage de praticiens » en adaptant les capacités de formation aux besoins de santé des territoires.

Enfin, l’accès à la télémédecine vu comme un « levier de lutte contre les inégalités sociales et territoriales », sera massivement déverrouillé. Des aides financières sont prévues pour équiper les patients, les associations, les professionnels et les établissements en technologies numériques.

« Dialogue constructif »

L’efficience du système de santé, troisième défi, passe par la généralisation de la vente à l’unité des médicaments, l’évaluation de la qualité et de la pertinence des soins, et la diffusion des bonnes pratiques. Emmanuel Macron confiera aux professionnels de santé (médicaux, paramédicaux, hospitaliers et libéraux) le soin de lancer des initiatives et des expérimentations visant à renforcer la coordination des soins et à mieux accompagner les malades dans leur parcours. Il veut faire évoluer les métiers de la santé par un développement des pratiques avancées mais « dans un dialogue constructif avec les professionnels de santé ».

Pour donner plus de visibilité aux acteurs de la santé, l’Objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam) sera pluriannuel. Le gouvernement va très rapidement être confronté à la mise en musique des premières mesures avec la préparation, dès le mois de mai, du projet de loi de finances pour la sécurité sociale (Plfss) pour 2018.

Olivier Véran, 37 ans, neurologue au CHU de Grenoble, ex député socialiste suppléant de Geneviève Fioraso, et porte-parole santé d’Emmanuel Macron pendant sa campagne, avait listé quelques jours avant les élections les sujets que le nouveau gouvernement aurait à traiter en urgence : le 3e cycle des études médicales, les évolutions conventionnelles pour les chirurgiens-dentistes après un règlement arbitral « contestable et contesté » et la finalisation des projets régionaux de santé avant l’été.

On n’attend plus que la nomination d’un ministre !

Anne-Chantal de Divonne

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous

(Publicité)


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Et la newsletter de la revue Clinic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...